Six ans après la disparition de l’adolescent à Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard, des ossements, des débris de vêtements et de sac à dos ont été retrouvés jeudi par une équipe de pompiers spécialisée dans l’intervention en milieu périlleux, dans une zone très escarpée, jusque là non fouillée grâce à des techniques spécifiques de descente en rappel et en pendulaire.

Lucas Tronche a disparu en 2015.

Des ossements, des débris de vêtements et un sac à dos ont été découverts jeudi à Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard, à proximité du domicile de Lucas Tronche, cet adolescent porté disparu depuis six ans

L’adolescent, âgé de 15 ans à l’époque, n’avait plus donné de signe de vie depuis le 18 mars 2015 après avoir quitté son domicile pour se rendre à un cours de natation dans une commune voisine, avec son frère. Lucas ne se rendra finalement jamais à la piscine sans que l’on sache pourquoi.

Qu’est-ce qui a relancé les recherches ?

C’est la juge d’instruction qui a décidé d’ordonner de nouvelles opérations de recherches mais cette fois-ci selon une méthode différente.

Car de nombreuses zones avaient été ratissées mais certaines étant difficiles d’accès, plusieurs coins n’avaient jusqu’alors pas été vérifiés, notamment des parois rocheuses.

« Toute la zone a été ratissée, vous savez pendant plus de 15 jours » juste après la disparition de Lucas, « plus de 3 000 personnes se sont mobilisées pour explorer une zone beaucoup plus large, ces zones-là avaient été explorées mais l’aplomb de la falaise ne l’avait pas été car on travaillait avec des bénévoles et que les bénévoles ce ne sont pas des alpinistes », a précisé le maire de la commune de Bagnols-sur-Cèze à nos confrères de BFMTV.

« C’est une falaise à pic d’environ 50 ou 60 mètres de haut, ce qui explique que ces éléments n’aient pas pu être retrouvés jusque-là », a de son côté déclaré Éric Maurel, le procureur de Nîmes.

La juge d’instruction a demandé à ce que, cette fois, on travaille les verticalités

Comment se sont-elles déroulées ?

Ainsi, ce sont les unités d’intervention en milieu périlleux GRIMMP 30 (groupement de recherche et d’intervention en milieu périlleux), le SPJ (service de police judiciaire) de Montpellier et l’OCRVP (Office central de la répression de la violence faite aux personnes) qui ont mené jeudi ces nouvelles opérations cordonnées par la juge d’instruction.

Et les pompiers sont intervenus selon des techniques bien spécifiques : en rappel et en pendulaire.

« Ces opérations de ratissage ont débuté en début de semaine », a souligné le procureur interrogé par Midi Libre. « La quasi-totalité des zones dont nous parlons avaient déjà été ratissées aussi bien les bas que les hauts mais la juge d’instruction a demandé à ce que, cette fois, on travaille les verticalités, c’est-à-dire les zones de falaises où on ne peut accéder que par des moyens dédiés en rappel et en pendulaire », a expliqué Eric Maurel.

« Plusieurs falaises ont été inspectées et avaient été conservées pour aujourd’hui une zone dont les inspecteurs savaient qu’elle était régulièrement fréquentée par Lucas Tronche » a encore détaillé le procureur de Nîmes.

Le message des parents de Lucas Tronche

Les parents de l’adolescent ont réagi sur Facebook.

« La découverte d’un corps pouvant être celui de Lucas nous semble mettre un terme à ces six années de recherches mais aussi d’espoir, déclarent-ils. Six années pendant lesquelles vous avez été avec nous, soutien indéfectible. Nous vous en remercions du plus profond de notre cœur. Aujourd’hui vient le temps du silence. » Et d’ajouter : « Ce silence, autrefois assourdissant, est nécessaire pour nous permettre de nous recueillir, de tenter de nous apaiser et de continuer désormais sans lui. Le silence laisse la place à l’enquête qui se poursuit. Nous n’oublierons jamais notre Lucas tant aimé. Vous comprendrez à présent que nous aspirons à nous recentrer autour de notre famille et que nous ne tenons pas à faire de commentaires. » https://www.facebook.com/plugins/post.php?app_id=&channel=https%3A%2F%2Fstaticxx.facebook.com%2Fx%2Fconnect%2Fxd_arbiter%2F%3Fversion%3D46%23cb%3Df2450f3808fe864%26domain%3Dwww.dna.fr%26origin%3Dhttps%253A%252F%252Fwww.dna.fr%252Ff45faca412edb2%26relation%3Dparent.parent&container_width=573&href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fdeschamps.laclasse%2Fposts%2F10220146571561066&locale=fr_FR&sdk=joey

Que va-t-il se passer dorénavant ?

L’enquête va se poursuivre et « des examens médico-légaux et si possible génétiques des ossements seront réalisés » pour déterminer si les restes humains correspondent bien à ceux de Lucas.

Selon le procureur, cette découverte n’exclut aucune hypothèse : « On va attendre les comparaisons génétiques pour s’assurer que c’est bien lui. Toutes les hypothèses restent ouvertes : à savoir un accident comme une chute accidentelle, un suicide, ou peut-être une altercation avec un autre individu. Mais les débris humains ne nous permettent même pas de savoir si c’est la chute qui a causé la mort ».

Y a-t-il un rapport avec l’émission diffusée sur M6 ?

Valentin Tronche, le frère de Lucas, avait témoigné pour la première fois le lundi 7 juin dans l’émission « Appel à témoins » sur M6.

« Je me dis qu’il avait planifié qu’il ne voulait pas aller à la natation et qu’il voulait faire quelque chose dont il n’avait parlé à personne », avait alors confié le jeune homme.

Le procureur de Nîmes a précisé que ces découvertes n’ont « pas de rapport » avec l’émission de M6 indique Le Figaro.